dimanche 1 mai 2016

LE FORCING EFFRÉNÉ DES PROMOTEURS DU T1

Face au vent actuel de bon sens qui semble remettre en cause le tracé du tramway T1 par la rue Jean-Jaurès à Noisy-le-Sec — et alors même que la mise en œuvre de ce projet a été suspendue par la nouvelle majorité au Conseil régional d'Île-de-France — ses promoteurs commencent à devenir fébriles … Ils tentent d'utiliser toutes les ficelles possibles pour imposer aux Noiséens leur projet délétère. En voici trois exemples récents:

•  Une pression considérable est effectuée sur la municipalité pour que soient réalisés sans délai sur l'axe de Pont-de-Bondy à Place Carnot les travaux préparatoires à la réalisation du prolongement du tramway, travaux exigés par le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis.

Un courrier comminatoire aurait été récemment adressé par le préfet du département au maire de Noisy, lui intimant l'ordre de laisser, sous quinzaine, se réaliser sur ces voies les sondages préparatifs aux travaux. Ceux-ci  — présentés par le préfet comme indispensables au maintien de la sécurité des usagers de la voie publique [Sic ! On se demande bien à quel titre et pour protéger de quoi …] — impliqueraient des restrictions considérables à la circulation et au stationnement rue Jean-Jaurès, avenue Gallieni et rue Anatole-France, et ce pour une période indéterminée.

En cas du refus d'obtempérer de la part du maire - qui persiste à s'opposer à ce type de diktat - ces travaux seraient directement mis en œuvre par un préfet peut-être nostalgique d'une époque révolue …. Ce dernier, par ailleurs apparemment mal informé, a "oublié" le fait que la Région ÎdF avait suspendu le projet.


                                                   Un avant goût rue Jean-Jaurès …

•  Alors même que la région a décidé le gel de la réalisation du projet, le groupe Europe Écologie-Les Verts a déposé un amendement lors de la séance plénière d'avril au Conseil régional d'Île-de-France statuant sur le projet de budget pour 2016 :

Nul besoin de préciser que cet amendement a été refusé.

•  Par ailleurs, un résident de l'avenue Galliéni vient d'être averti par son notaire qu'il devait être exproprié pour le motif de prolongement du tramway. En effet, son terrain est situé à l'emplacement d'une zone technique qui pourrait être nécessaire dans le cadre du projet, et donc du réaménagement du T1… pourtant suspendu à ce jour !

            Travaux pour la mise en place du T1 avenue Galliéni, et les dents creuses en résultant


Les riverains de cette avenue ont déjà subi les conséquences désastreuses de la réalisation du T1, d'abord pendant les années de travaux, puis maintenant avec cette mise en œuvre (voir ci-dessous). Ils pourraient maintenant subir une nouvelle double peine, suite à la reprise de travaux insensés, puis avec les diverses conséquences liées à la "réfection" de leur avenue.  On se contentera de rappeler le mea culpa énoncé par Jacques Marsaud, co-président du GIE Ville & Transport (association RATP et Caisse des dépôts):

 "Cela peut aboutir à un scénario catastrophe comme celui du
 prolongement du T1 à Noisy-le-Sec, où en arrivant de Bondy, le tram
 entre par un des axes principaux de Noisy, l'avenue Gallieni, une rue
 frappée d'un alignement qui n'a jamais été réalisé. Le résultat, c'est
 un axe truffé de dents creuses et de friches. Et la mise en service
 s'est faite dans un quartier déstructuré par l'arrivée du tramway, ce
 qui est un comble ..." 


Ce à quoi répondait fort élégamment Jean Macheras, alors administrateur de la RATP, aux requêtes de l'association locale des commerçants, :

"Ce sont des commerçants, on les emm …"

 

 

7 commentaires:

  1. prenez pas vos désirs pour la réalité...

    RépondreSupprimer
  2. c'est quoi ces vieilles images?

    RépondreSupprimer
  3. C'est l'intox habituelle de tramnon....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le lecteur appréciera la qualité de l'argumentation de "Anonyme " … !

      Supprimer
  4. moi j'apprécie....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vous vous contentez de peu !!!!

      Supprimer